Le contrat social, le mutuellisme, Proudhon critique de Rousseau.

Publié le par DAN

 

"Nous ne devons point poser l'action révolutionnaire comme moyen de réforme sociale (...) Je me pose ainsi le problème : faire rentrer dans la société, par une combinaison économique, les richesses qui sont sorties de la société par une autre combinaison économique ... Faire brûler la propriété à petit feu, plutôt que de lui donner une nouvelle force en faisant une Saint-Barthélemy des propriétaires. Mon prochain ouvrage .. vous en dira davantage. Voilà, mon cher philosophe, où j'en suis pour le moment; sauf à me tromper, et, s'il y a lieu, à recevoir la férule de votre main".
Lettre de PJ Proudhon à K Marx le 17 Mai 1846.   

 
 























"Rousseau dont l'autorité nous régit depuis près d'un siècle, n'a rien compris au contrat social. C'est à lui surtout qu'il faut rapporter, comme à sa cause, la grande déviation de 1793, expiée déjà par cinquante-sept ans de bou­leversements stériles, et que des esprits plus ardents que réfléchis voudraient nous faire reprendre encore comme une tradition sacrée. ...
 

De cette multitude de rapports que le pacte social est appelé à définir et à régler, Rousseau n'a vu que les rapports politiques, c'est-à-dire qu'il a supprimé les points fondamentaux du contrat, pour ne s'occuper que des secondaires ? Faut-il dire que de ces conditions essentielles, indispensables, la liberté absolue du contractant, son intervention directe, personnelle, sa signa­ture donnée en connaissance de cause, l'augmentation de liberté et de bien-être qu'il doit y trouver, Rousseau n'en a compris et respecté aucune ? ...

Mais toute pénalité suppose un devoir, sans doute, tout devoir répond à un droit. Eh bien ! où sont, dans votre contrat, mes droits et mes devoirs ? Qu'ai-je promis à mes concitoyens? que m'ont-ils promis à moi-même ? Faites-le voir : sans cela votre pénalité est excès de pouvoir ; votre état juridique, fla­grante usurpation ; votre police, vos jugements et vos exécutions, autant d'actes abusifs. Vous qui avez si bien nié la propriété, qui avez accusé avec tant d'éloquence l'inégalité des conditions parmi les hommes, quelle condition, quel héritage m'avez-vous fait dans votre République, pour que vous vous croyiez en droit de me juger, de me mettre en prison, de m'ôter la vie et l'honneur ? Déclameur perfide, n'avez-vous tant crié contre les exploiteurs et les tyrans que pour me livrer ensuite à eux sans défense. ...
 

Oui, ce sont bien là les conditions du pacte social, quant à la protection et à la défense des biens et des personnes. Mais quant au mode d'acquisition et de transmission des biens, quant au travail, à l'échange, à la valeur et au prix des produits, à l'éducation, à cette foule de rapports qui, bon gré mal gré, constituent l'homme en société perpétuelle avec ses semblables, Rousseau ne dit mot, sa théorie est de la plus parfaite insignifiance. ...
 

Rousseau est si loin de vouloir qu'il soit fait mention, dans le contrat social, des principes et des lois qui régissent la fortune des nations et des particuliers, qu'il part, dans son programme de démagogie, comme dans son traité d'éducation, de la supposition mensongère, spoliatrice, homicide, que l'individu seul est bon, que la société le déprave ; qu'il convient à l'homme, en conséquence, de s'abstenir le plus possible de toute relation, avec ses semblables, et que tout ce que nous avons à faire en ce bas monde, en restant dans notre isolement systématique, c'est de former entre nous une assurance mutuelle pour la protection de nos personnes et de nos propriétés, le surplus, à savoir la chose économique, la seule essentielle, abandonné au hasard de la naissance et de la spéculation, et soumis, en cas de litige, à l'arbitrage des praticiens électifs, jugeant d'après des rubriques à eux ou selon les lumières de l'équité naturelle. En deux mots, le contrat social, d'après Rousseau, n'est autre chose que l'alliance offensive et défensive de ceux qui possèdent contre ceux qui ne possèdent pas, et la part qu'y prend chaque citoyen est la police qu'il est tenu d'acquitter, au prorata de sa fortune, et selon l'importance des risques que le paupérisme lui fait courir.


C'est ce pacte de haine, monument d'incurable misanthropie ; c'est cette coalition des barons de la propriété, du commerce et de l'industrie contre les déshérités du prolétariat, ce serment de guerre sociale enfin, que Rousseau, avec une outrecuidance que je qualifierais de scélérate, si je croyais au génie de cet homme, appelle Contrat social ! … 

 

"Si je ne me trompe, le lecteur doit être convaincu au moins d'une chose : c'est que la vérité sociale ne peut se trouver ni dans l’utopie, ni dans la routine ; que l’économie politique n'est point la science de la société, mais qu'elle contient les matériaux de cette science, de la même manière que le chaos avant la création contenait les éléments de l'univers ; c'est que, pour arriver à l'organisation définitive qui parait être la destinée de notre espèce sur le globe, il ne reste plus qu'à faire équation générale de toutes nos contra­dictions. ...
 

Mais quelle sera la formule de cette équation ?


Déjà il nous est permis de l'entrevoir : ce doit être une loi d'échange, une théorie de mutualité, un système de garanties qui résolve les formes anciennes de nos sociétés civiles et commerciales, et satisfasse à toutes les conditions d'efficacité, de progrès et de justice qu'a signalées la critique ; une société ... qui abolisse la servitude des machines, et pré­vienne les crises de leur apparition ; qui fasse de la concurrence un bénéfice, et du monopole un gage de sécurité pour tous ; qui, par la puissance de son principe, au lieu de demander crédit au capital et protection à l'État, soumette au travail le capital et l'État ; ... qui, sans interdire l'initiative individuelle, sans prohiber l'épargne domestique, ramène incessamment à la société les richesses que l'appropriation en détourne ; qui, par ce mouvement de sortie et de rentrée des capitaux, assure l'égalité politique et industrielle des citoyens, et par un vaste système d'éducation publique, procure, en élevant toujours leur niveau, l'égalité des fonctions et l'équivalence des aptitudes ; qui, par la justice, le bien-être et la vertu, renouvelant la conscience humaine, assure l'harmonie et l'équilibre des générations ; ... "

   

Faut il "réformer" le capitalisme, sans doute, mais à recapitaliser les banques, les compagnies d'assurance, les entreprises ou regnent l'exploitation et l'abus de biens sociaux, la rente et l'agiotage le chemin prend un sens contraire, parsemé d'éléments ouvrant la voie à de nouvelles "Saint Barthélémy" toujours plus stériles.
J'aurais donc l'occasion de revenir sur l'oeuvre de Proudhon, Sorel et quelques autres pour traiter à ma façon de l'actualité. Et donc "à suivre" ..  

   

(Source : Les classiques en sciences sociales - Québec)

 

 

BICENTENAIRE PJ PROUDHON

  PJ Proudhon critique de la Révolution française - Bicentenaire.
  Georges Sorel & P-J. Proudhon, théoriciens de la décroissance ?
  P.-J. Proudhon et la spéculation boursière, 1856 - Bicentenaire
  P.-J. Proudhon et la célébration du Dimanche (1845). bicentenaire.
   

Publié dans PROUDHON

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article